Fondements pour piéger efficacement le frelon asiatique

Voici quelques règles générales pour ceux qui s’apprêtent à piéger le frelon asiatique pour la première fois.

Identifier le frelon asiatique

L’identification du frelon asiatique, scientifiquement connu sous le nom de Vespa velutina, est essentielle pour la gestion de cette espèce invasive. Ce frelon, originaire d’Asie, a colonisé de nombreuses régions d’Europe, provoquant des préoccupations environnementales et économiques. Pour l’identifier, il est important de noter sa taille, qui est généralement d’environ 2,5 cm à 3 cm de long. Le frelon asiatique a une coloration distincte, avec un corps noir velouté et des segments abdominaux jaunes. Ses pattes sont jaunes à l’extrémité, et il a un visage orange caractéristique. En vol, il se distingue par son vol rapide et son bourdonnement distinctif. L’identification précise de cette espèce est cruciale pour sa gestion, car il peut avoir un impact négatif sur les populations d’abeilles et la biodiversité locale.

Le frelon n’est pas plus dangereux qu’une guêpe, ne l’attaquez pas ! Il se retournerait contre vous.

Vespa velutina (gauche) côte à côte avec Vespa Crabro (droite).

Le frelon asiatique est plus noir que le frelon européen. Il a les pattes jaunes et il est un peu plus petit. Il ne vole pas non plus  la nuit! Si vous avez des frelons sous vos lampadaires, ce ne sont pas des frelons asiatiques.

Régime alimentaire général

Le frelon asiatique (Vespa velutina) est un prédateur carnivore, se nourrissant principalement d’autres insectes, en particulier d’abeilles et de guêpes. Son régime alimentaire est varié, mais il a une préférence marquée pour les abeilles domestiques, ce qui en fait un prédateur redouté par les apiculteurs. Les frelons asiatiques chassent les abeilles, en embuscade près des ruches, et ils peuvent décimer des colonies entières pour se nourrir de larves, de nymphes et d’abeilles adultes.

Ils chassent également d’autres insectes, comme les papillons et les criquets.

En plus de leur régime carné, les frelons asiatiques adultes se nourrissent de nectar de fleurs pour obtenir des glucides, ce qui les rend également pollinisateurs involontaires lorsqu’ils visitent des fleurs. Ainsi,  le régime alimentaire de Vespa velutina peut varier en fonction de la disponibilité des proies et des ressources florales dans leur environnement.

Régime alimentaire au fil des saisons

Voici comment  ses besoins alimentaires évoluent en fonction des saisons, tout au long de l’année :

  1. Printemps : Au début du printemps, lorsque la reine et les ouvrières commencent à émerger, leur principale source de nourriture est le nectar de fleurs, car il fournit les glucides nécessaires pour soutenir leur métabolisme. À ce stade, la chasse est limitée, car la colonie est en pleine croissance.
  2. Été : Pendant l’été, lorsque la colonie atteint sa taille maximale, la chasse aux proies, en particulier les abeilles et les guêpes, devient plus fréquente. Les larves de Vespa velutina nécessitent une alimentation riche en protéines, et les ouvrières intensifient leurs activités de chasse pour nourrir la colonie.
  3. Automne : À mesure que l’automne approche, la demande en protéines diminue, car la colonie commence à produire des mâles et des futures reines pour la reproduction. Les frelons asiatiques adultes continuent à se nourrir de nectar pour soutenir leur métabolisme tout en consommant moins de proies.
  4. Hiver : Pendant l’hiver, la colonie décline, les ouvrières meurent, et seules les reines fécondées survivent pour fonder de nouvelles colonies au printemps suivant. Les reines hivernantes se nourrissent de nectar ou de miellat s’il est disponible, mais leur activité est réduite.

Ainsi, les besoins alimentaires de Vespa velutina varient considérablement en fonction de la saison, passant d’une alimentation riche en glucides au printemps à une alimentation riche en protéines en été, puis à une alimentation plus légère en automne et en hiver. Cela dépend de la phase du cycle de vie de la colonie et de la disponibilité des ressources alimentaires dans leur environnement.

Fondements du piégeage

Le piégeage se fait à l’aide d’un appât, qui peut être soit  à base de sucres, soit à base de protéines qui sont les deux sources de nourriture que les frelons recherchent.

Ces appâts pouvant attirer de nombreux autres insectes, il est important d’assurer un piégeage sélectif. Le piège Ornetin est conçu de telle façon que seuls les frelons asiatiques soient attrapés dans le piège.

Le frelon européen ne doit pas être détruit pour la sauvegarde de la biodiversité.

Préparation du piège à frelon asiatique ORNETIN

Pour fabriquer un piège à frelon asiatique, utilisez le couvercle ORNETIN que vous vissez sur un des bocaux « Le Parfait familia Wiss » avec goulet de 100mm :

    • 750 ml : Ouverture et diamètre identique / Hauteur : 15 cm
    • 1 L : Ouverture et diamètre identique / Hauteur : 17,5 cm6.6.

Préparation de l’appât

Dans une grande majorité de cas, les appâts sucrés permettent d’assurer une certaine efficacité de piégeage. Si ceux-ci viennent à ne pas fonctionner, envisagez alors les appâts protéinés.

Avec Ornetin les appâts sont constitués de matières solides (type brin de paille, herbe sèche, coton, copeaux de bois ou feuilles de sopalin, ou xxxxx) imbibées de sirop (surtout pas de bain liquide). Un sirop basique de nourrissement d’abeilles ou de canne à sucre conviennent.

Choix de l’appât

Si quelques gouttes de sirop ne suffisent pas ou si ce n’est pas la saison du sucre, une alternative efficace consiste à mettre dans le bocal de la cire d’opercule avec du miel.

 Odeur de miel : Les frelons asiatiques sont fortement attirés par l’odeur du miel. C’est pourquoi il est important de protéger les ruches d’abeilles domestiques, car les frelons peuvent s’en prendre au miel, tout en attaquant voracement les abeilles.

Période du piégeage en fonction  de son cycle de développement

  • Mars, avril et mai :Utilisez tout sirop très sucré, sucre de canne, etc..
  • Juin, juillet, août et septembre : Si les appâts sucrés n’appâtent pas, utilisez plutôt des pièges à protéines, comme du pâté pour chat au saumon, des restes de poissons crus, des crevettes, etc…
  • Octobre, novembre et décembre : Utilisez du sucre ou du miel.

Positionnement des pièges

Le positionnement des pièges est un aspect très important du piégeage. On ne piège pas de la même manière sur un rucher,  dans un jardin potager ou un verger.
Référez-vous aux articles Piéger au rucher et Piéger au jardin pour plus de détails.

Elimination des frelons piégés

Pour vider vos Ornetin, immergez-les dans un seau d’eau pendant toute une nuit. Ne lésinez pas sur la durée. 4 heures de plongeon ne  suffisent pas à tuer cette espèce rustique,  car une fois hors d’eau, avec un éventuel rayon de soleil, ils revivront de plus belle !

*** Vidéo***

Conclusion

Il est essentiel de piéger « au sucre » en mars, avril, mai, octobre, novembre et décembre pour réduire le nombre de reines fondatrices. En été, le piégeage vise à limiter la pression des ouvrières sur les ruches.   L’élimination complète de la colonie  n’est généralement pas réalisable.

Ne vous approchez jamais d’un nid habité (jusqu’à sept-cents ouvrières): le frelon présente un danger, surtout près de son nid. Si vous en découvrez un de l’année passée, dans votre jardin ou parc, sous abri ou dans un creux d’arbre, ouverture d’entrée vers le bas, déposez-y à proximité un pot Ornetin, car c’est là que les fondatrices vont revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *